Les avantages fiscaux de l'investissement immobilier

Les investissements dans l'immobilier destinés à la location ultérieure sont de plus en plus populaires. Avec la bonne approche de ce métier, on peut parler des investissements les plus rentables en termes de fiscalité. Découvrez alors les avantages fiscaux de l’investissement immobilier.

Dépenses déductibles

De nombreuses dépenses courantes encourues par les investisseurs immobiliers sont considérées comme des dépenses déductibles qui peuvent être réclamées sur vos impôts. Cela signifie que vous n'aurez pas à vous soucier de payer des impôts sur ces dépenses.

A lire aussi : Les secrets d'une stratégie gagnante pour investir dans l'immobilier

Certains investisseurs immobiliers en herbe utilisent même le processus de piratage immobilier pour augmenter les bénéfices déductibles. En effet, les propriétaires peuvent bénéficier d'avantages fiscaux supplémentaires lorsqu'ils investissent dans leur résidence principale.

Les différentes dépenses déductibles

Voici quelques-unes des nombreuses dépenses déductibles courantes dont vous pouvez bénéficier dans le cadre de votre investissement immobilier. Il faut aussi noter que les dépendent de votre propriété et de ses caractéristiques :

Lire également : L'écologie et l'immobilier : comment investir de manière responsable ?

  • Intérêts hypothécaires ;
  • Impôts fonciers ;
  • Assurance habitation ;
  • Frais de gestion immobilière ;
  • Entretien et réparation des bâtiments ;
  • Dépenses professionnelles éligibles.

Si vous avez des doutes sur les dépenses qui peuvent être déductibles fiscalement, il vous suffit de contacter les autorités compétentes de votre localité.

Amortissement

La pratique de l'amortissement permet de rendre compte de l'usure d'un bien au fil du temps. Elle offre un moyen d'aider les investisseurs à déduire fiscalement les biens locatifs. Il s’agit de ceux qui subissent inévitablement les effets négatifs d'une utilisation sur une longue période. L'amortissement est déterminé en calculant la durée de vie utile du bien.

Une fois que cela est fait, vous pouvez demander la déduction annuelle sur vos impôts, ce qui peut contribuer à réduire vos impôts.

Pour calculer la dépréciation d'un bien, il faut commencer par déterminer le coût de base du bien. Ensuite, il faut le diviser par la durée de vie utile du bien et calculer un tableau d'amortissement.  Une fois ce barème calculé, vous pouvez l'utiliser pour calculer et bloquer les déductions fiscales annuelles.

Facteur à prendre en compte

Lorsque vous vendez votre propriété, n'oubliez pas une pratique connue sous le nom de récupération de l'amortissement.  Essentiellement, lorsque la dépréciation est appliquée à un bien, son coût de base est réduit en maintenant l'investissement. Lors de la vente du bien, on calculera l'impôt sur les plus-values sur la base d'une majoration reflétant ce nouveau coût de base. Voici un exemple de récupération de l'amortissement à l'œuvre.

Supposons que vous achetiez un nouveau bien pour 250 000 € et que vous appliquiez ensuite un amortissement de 50 000 €. Cela réduit votre prix de base à 200 000 €. Vous vendez ensuite le bien pour 300 000 € ? On calculera l'impôt sur les plus-values en utilisant 100 000 € bruts au lieu de 50 000 €.

Réduction d'impôt Pinel

Une autre réduction d'impôt que vous pourriez envisager est la réduction d'impôt Pinel. Ce programme encourage les investisseurs à acheter des biens immobiliers locatifs dans certaines zones géographiques de tension immobilière (ZTI) en France métropolitaine, afin de stimuler la construction et l'amélioration du parc immobilier.

Les avantages liés au dispositif Pinel sont nombreux. Par exemple, il offre une déduction fiscale pouvant aller jusqu'à 21% du montant total investi sur douze ans maximum. Le propriétaire peut aussi bénéficier d'un loyer mensuel garanti ainsi que d'une assurance contre les impayés de loyers grâce à un contrat de gestion locative.

Malgré tous ces avantages, il faut tenir compte de certains points importants lorsqu'il s'agit d'envisager le dispositif Pinel. Il faut savoir que cette option implique un engagement contractuel avec le gouvernement français et exige donc une certaine surveillance régulière pendant toute la durée exigée par le dispositif, soit six ans minimum ou neuf ans si cela correspond mieux aux besoins financiers.

Il faut également tenir compte des avantages fiscaux proposés par ce programme. Assurez-vous aussi de bien prendre connaissance des conditions générales du contrat proposé par votre gestionnaire locatif. Effectivement, certains contrats de ce type peuvent impliquer des frais supplémentaires ou ne pas couvrir certains types d'incidents tels que les dégradations volontaires.

Le dispositif Pinel offre une excellente opportunité pour ceux qui cherchent à investir dans l'immobilier tout en bénéficiant d'une réduction fiscale intéressante. Il faut bien comprendre les conditions et critères requis avant de s'engager dans ce programme afin de garantir la réussite du projet sur le long terme.

Dispositif Censi-Bouvard

Un autre dispositif fiscal intéressant pour les investisseurs immobiliers est le dispositif Censi-Bouvard. Il s'agit d'un régime particulièrement dédié aux investissements locatifs dans des résidences de services neuves ou réhabilitées. À l'instar du dispositif Pinel, celui-ci offre une réduction d'impôt pouvant atteindre jusqu'à 11% du montant total investi. La loi impose un plafond maximum de 300 000 euros pour cet avantage fiscal.

Le dispositif Censi-Bouvard permet également aux propriétaires bénéficiaires de récupérer la TVA sur leur acquisition immobilière (20% en France) et ce, pendant toute la durée de location du bien immobilier. Cette option peut être très utile, sachant que les biens immobiliers destinés à être loués sont souvent exclus de cette exonération fiscale.

Pensez à bien vous renseigner sur les conditions spécifiques qui y sont liées, afin d'éviter toute déconvenue potentielle.